français

Contre le « programme  de paix » du gouvernement Pashinyan

2022 May 21

Nous, Djaragayt, collectif d’auteures politiques à gauche, condamnons la ligne diplomatique proturque adoptée par l’actuel gouvernement arménien qui piétine le droit à l’auto-détermination du peuple d’Artsakh et remet en cause la vie et l’intérêt général des Arménien.ne.s d’Arménie et d’Artsakh. Le désir de paix qui nous anime nous apprend qu’une paix réelle ne peut advenir que si justice est rendue à l’histoire. Dans les conditions actuelles, non seulement ni la Turquie ni l’Azerbaïdjan ne sont disposés à reconnaître le génocide arménien et celui d’autres minorités de la région, mais ils sont, au contraire, prêts à répéter leurs crimes à la première occasion venue. Par conséquent, une paix digne ne peut qu’être imposée, et non piteusement mendiée.

Les représentant.es et les soutiens de nombreuses associations de défense des droits civiques arméniennes financées par des fonds occidentaux aux prétentions philantropiques1 prônent aujourd’hui la paix, entrant souvent en contradiction, par ailleurs, avec d’autres propos tenus, censés défendre la cause de l’Artsakh. Ces positions servent la stratégie de propagande de l’impérialisme occidental dans le Caucase qui consiste, entre autres, à financer des pseudo-programmes de lutte « contre le fascisme » et pour le « développement de la démocratie »2, et donc aux intérêts géopolitiques de du couple turco-occidental. C’est ainsi que certains d’entre ces représentants soutiennent une « paix sans mais »3 qui consiste à vendre nos terres à la Turquie et à son allié, l’Azerbaïdjan, - autrement dit, à une paix sans condition arménienne, et donc à une ultime capitulation qui aurait pour conséquence la disparition physique et morale du peuple arménien. Faisant preuve d’un humanisme à géométrie variable, ils ne semblent pas remarquer la permessivité dont bénéficie la police de la part du gouvernement, les violences policières commises à l’encontre des représentant.es de l’opposition et leurs arrestations illégales et arbitraires (parmi eux Emma Sargsyan, mère célibataire)4.

Depuis la seconde guerre d’Artsakh en 2020, les forces armées azerbaïdjanaises soumettent les habitant.es des régions d’Artsakh, du Syuniq , du Vayots Dzor et du Gegharkuniq à des violences physiques et psychologiques, violences qui ne suscitent aucune réaction de la part des principales organisations de défense des droits de l’homme azéries. Ce n’est pas tout : la Turquie et l’Azerbaïdjan ne cachent pas leurs objectifs génocidaires et nous en sommes témoins en particulier à travers des déclarations comme celles d’Ilham Aliyev, selon laquelle la population arménienne ne doit pas dépasser le seuil de 5 millions d’habitant.es5, que Erevan est un territoire historique de l’Azerbaïdjan6, mais également par des manifestations symboliques comme celle du ministre des Affaires étrangères Mehmet Çavuşoğlu qui a fait le signe des Loups Gris devant une manifestation arménienne en Uruguay le jour du 24 avril 20227, ou encore la commémoration d’Enver Pasha8 par Erdoğan qui a déclaré, quelques mois avant la guerre, vouloir poursuivre « la mission que [ses]  grands-parents  ont mené durant des siècles dans la région du Caucase »9. C’est aussi ce qu’illustrent le cas des soldats faits prisonniers de guerre10, les meurtres sous tortures de civils arméniens11, et, récemment, le sabotage du seul gazoduc reliant l’Artsakh à l’Arménie12.

Ainsi, le programme de paix profite-t-il uniquement au projet expansionniste de la Turquie et de l’Azerbaïdjan qui implique le nettoyage ethnique des populations authoctones arméniennes des républiques d’Arménie et d’Artsakh. Ce programme n’est en aucun cas dans l’intérêt des Arméniens, ni des Yézidis, des Assyriens et d’autres minorités nationales. De plus, le mode de gouvernement actuel en Arménie n’a rien de démocratique puisqu’en plus d’avoir recouru maintes fois à des méthodes antidémocratiques avant la naissance du mouvement « Zartnir Lao », les autorités exercent une violence brutale à l’encontre des manifestants du mouvement13, briment la liberté d’expression par la voie législative14 et tentent d’influer en toute illégalité sur les élections et les tribunaux locaux. Tout cela semble échapper également aux associations de défense des droits civiques et de la démocratie de la société civile arménienne.

De tous ces constats nous concluons que le pouvoir actuel en Arménie ainsi que les organisations de la société civile financées par l’Occident et dont le but est en théorie de défendre la démocratie dans le pays, ne représentent pas les intérêts des peuples d’Arménie et d’Artsakh et commettent des injustices à leur encontre. Par conséquent nous apportons notre soutien au mouvement de résistance actuel en Arménie et aux prisonniers politiques qui se battent contre l’expansionnsime turc. Nous appelons également le mouvement à élaborer un programme social pour l’avenir. La réhabilitation de la dignité ne peut se faire uniquement par une « Arménie libérée du joug du Turc », mais également grâce à un service de santé et une éducation gratuits et de qualité, en assurant une vraie retraite pour les personnes âgées, une vraie prise en charge des femmes enceintes et par la défense des droits des travailleurs. Nous sommes certaines qu’aucune force au service des intérêts de pays étrangers ne saurait s’emparer du pouvoir dans une Arménie juste, socialiste et démocratique, où tout.e citoyen.ne arménien.ne ou issu.ne d’une minorité ethnique de la nation peut vivre dignement, construire et défendre les frontières de son pays.

Djaragayt, collectif d’auteures socialiste, autonome, internationaliste.


  1. Elles peuvent défendre des causes très diverses, mais toutes ces associations ont pour point commun le principe d’impartialité et de neutralité idéologiques et politiques. Pourtant, nombre de leurs représentants influents, qu’ils dénoncent ou non les accents autoritaires du pouvoir actuel, ne remettent jamais en cause le danger que représente la ligne diplomatique actuelle d’Erevan pour les droits humains des Arméniens. ↩︎

  2. Les projets de « New Endowment for Democracy » (fondé sous le gouvernement de Ronald Reagan) en Arménie.

    Voir l’origine des fonds de la NED.

    UNITED - « Against racism, fascism, nationalism » Supporters - UNITED for Intercultural Action soutiens de UNITED. Parmi eux le Ministère de la jeunesse et du sport d’Azerbaïdjan (“Ministry of Youth and Sport of Azerbaijan”) ↩︎

  3. « La paix, sans mais », version originale en arménien (08/05/2022)

    Armenians to Pashinyan: Stop your claims, we don’t want to fight! - Nothing but peace! (caliber.az) (10/05/2022)

    Le texte a été traduit en anglais et reproduit sur un média pro-azerbaïdjanais qui ne s’exprime qu’en langues arménienne, russe et anglaise – autrement dit, un média de propagande azerbaïdjanaise en langue arménienne. Voici, d’ailleurs l’en-tête attribué à la tribune, par le site caliber.az : « Les Arméniens à Pashinyan : « Nous en avons assez des revendications [territoriales], nous ne voulons pas nous battre. » « Soixante-dix citoyens arméniens ont adressé une lettre ouverte au Premier ministre Nikol Pashinyan qui demande de ne pas se retirer du processus de paix avec l’Azerbaïdjan et d’oublier les questions territoriales. L’essence de l’appel se résume à une chose : nous en avons assez de la guerre et nous voulons la paix »

    Cette tribune est la preuve qu’il y a bien un soutien à la ligne diplomatique actuelle de la part d’un certain nombre d’activistes d’ONG très influents dans la société arménienne et sur les réseaux sociaux. Ils constituent ainsi un softpower de la ligne défendue par le gouvernement. De plus, ce texte soutient clairement non seulement la ligne diplomatique de Pashinyan, mais ridiculise les citoyens qui s’insurgent pour défendre le pays, réduisent leur colère à des vélléités belliqueuses et appellent Pashinyan à ne pas reculer dans ses pourparlers face au mouvement de rue actuel. Nous listons ici le nom de certains d’entre eux ainsi que les ONG auxquelles ils appartiennent. Nous détaillons également les soutiens et les sources financières de ces ONG quand cela nous semble intéressant de les signaler.

    • Lara Aharonian (@Lara_Aha) / Twitter est membre et représentante de PINK ARMENIA. Գործընկերներ Հայաստանում – Pink Armenia parmi les soutiens de Pink Armenia : “Socioscope” Societal Research and Consultancy Center, Open Society Foundations – Armenia, Open Society Foundations, Transparency International - dont les fonds proviennent dans l’écrasante majorité de pays occidentaux, en particulier la Grande-Bretagne et les USA et Current Projects

      Lara Aharonian qualifie de «fasciste » toute personne qui ne partage pas ses opinions sur les rapports de genre, de sexe et ses opinions sur la sexualité. En l’occurrence, la qualification de « fasciste » semble être attribué à des personnes qui manifestent contre le gouvernement, dans une manifestation patriotique qui n’a nul rapport avec les thématiques du genre ou de la sexualité. https://twitter.com/Lara_Aha/status/1380646633931730944, https://twitter.com/Lara_Aha/status/1521056632297373696

      L. Aharonian estime également que la revendication collective d’un territoire s’apparente à un désir d’appropriation privée et à une attitude patriarcale: « A mon avis, il ne faut pas trop « nationaliser » les territoires (…) je pense qu’on décide de là où l’on veut vivre. (…) Le territoire appartient à ceux qui veulent y vivre et cela est souvent soumis au changement (…) Mais je ne comprends pas ce que ça veut dire que « ça [ce territoire] m’appartient » : là bas tu n’habites que temporairement ; cette notion du « mien » {de possession] c’est très patriarcal. On est sans fin dans cette mentalité d’appropriation, du « mien », du « donnez-moi ».

    • Agapi Ivanyan, économiste, Nvard Margaryan, défendeuse des droits humains et Maryam Khalatyan, sociologue sont membres de Socioscope. Socioscope est une organisation co-fondatrice de Human Rights House Yerevan. Arpi Manusyan est sociologue et présidente de Socioscope, elle est soutenue également par Open Democracy dont les fonds sont listés ici openDemocracy’s supporters | openDemocracy

    • Knar Khudoyan est journaliste https://www.armenia-turkey.net/en/Knar-Khudoyan-at-Istanbul Le site « Armenia-Turkey.net » dont le slogan est « Soutien au processus de normalisation des relations arméno-turques » annonce que Knar Khudoyan est de voyage à Istanbul la veille du 24 avril 2015 grâce au dispositif « Turkey-Armenia Travel Grant » créé par la fondation Hrant Dink. On comprendra donc que la fondation Hrant Dink est impliquée dans le « processus de normalisation des relations arméno-turques ». L’article précise également que l’Union Européenne finance le dispositif en question. La Fondation Hrant Dink est, quant à elle, soutenue entre autres par European Edowment for Democracy (la branche européenne de la NED), VHS DVV International (une ONG implantée dans le sud est de l’Europe et le Caucase – autrement dit les régions proche de l’Europe mais ayant été sous l’influence de Moscou avant la chute de l’URSS) ainsi que par des institutions françaises et une faculté stambouliote (Istanbul étant réputée être la ville qui abrite les groupes intellectuels progressistes turcs). Par ailleurs, le site de la fondation Hrant Dink fait la promootion de « Socioscope » “Socioscope” Societal Research and Consultancy Center” NGO - Hrant Dink Foundation

    • Nikolay Hovhannisyan est chef de projet à Eurasia Partnership https://www.epfarmenia.am/ dont l’un des principaux objectifs est la « [construction] de la paix » et la « normalisation des relations Arménie-Turquie ». https://www.epfarmenia.am/program-portfolio#39

    • Mamikon Hovsepyan | Facebook fait partie de différentes ONG, il est défendeur des droits civiques. On citera notamment Human Rights House Yerevan et Human Rights Foundation Our Mission - Human Rights Foundation (hrf.org) Voir ici pour les sources financières https://fr.wikipedia.org/wiki/Human_Rights_Foundation#Financement

    ↩︎
  4. https://asbarez.com/more-arrests-as-opposition-protests-continue/ (13/05/2022) (“They also detained Emma Sargsyan, a lecturer at the Armenian National Agrarian University” : « Ils détiennent également Emma Sargsyan, professeure à l’Université nationale agricole d’Arménie ») ↩︎

  5. https://armenpress.am/eng/news/1028298.html (21/09/2020) « Armenia’s population should be at least 5 million by 2050 – PM” – «  « La population arménienne doit atteindre les 5 millions d’ici 2050 » a délcaré le Premier Ministre »

    https://mirrorspectator.com/2022/05/06/aliyev-accuses-armenians-of-barbarism-while-talking-about-making-peace/ (06/05/2022)

    Aliyev even dared to warn Armenians to “put down all attempts to rebuild the army, become stronger, to have five million population which they announced as their state program, and then to take back their territories. That would be the end of their statehood officially.” « Aliyev appelle les Arméniens à “laisser tomber leur intention de reconstruire leur armée, de devenir plus fort, d’atteindre 5 millions d’habitants comme l’annonçait leur programme gouvernemental, et de reprendre leurs territoires. Tenter cela signerait la fin de leur existence en tant qu’Etat. » ↩︎

  6. Durant la célébration de la victoire de l’Azerbaïdjan avec Erdoğan, Aliyev a déclaré : « Erevan est notre territoire historique, et nous, Azerbaïdjanais, nous devons retourner dans ce pays historique. C’est notre but politique et stratégique que nous devons atteindre étape par étape. » (“Yerevan is our historical territory, and we, Azerbaijanis, must return to this historical land. This is our political and strategic goal, which we must gradually approach.” ↩︎

  7. Scandale en Uruguay suite au geste répréhensible du ministre turc des Affaires étrangères contre les manifestants arméniens - Infobae (24/04/2022) ↩︎

  8. https://youtu.be/zoBmLS-nUcU (11/12/2020) Extrait traduit par l’organisation Charjoum ↩︎

  9. https://armenianweekly.com/2020/09/30/turkeys-escalations-pose-an-existential-threat-to-armenia/ (30/09/2020)

    “After all, according to Turkish leadership, the Genocide simultaneously never happened but should also be repeated. These were the sentiments Erdogan broadcasted just two months ago in reference to Armenia when he unabashedly said, “We will continue to fulfill this mission which our grandfathers have carried out for centuries in the Caucasus region.”

    Nous traduisons. : « Après tout, selon [Erdoğan] le génocide n’a jamais eu lieu mais en même temps, il doit être répété. C’est ce qu’Erdoğan a laissé entendre il y a à peine deux mois en référence à l’Arménie lorsqu’il a déclaré sans vergogne : “Nous continuerons à remplir cette mission que nos grands-pères ont menée pendant des siècles dans la région du Caucase”

    Les propos d’Erdoğan  : https://twitter.com/abdbozkurt/status/1283302470572220417?lang=en (15/07/2020) ↩︎

  10. https://www.courrier.am/fr/region/19-captifs-armeniens-tues-en-azerbaidjan-les-avocats-font-appel-la-cour-europeenne (04/05/2021) ↩︎

  11. Arman Tatoyan : “Face à nous, la barbarie d'État de la Turquie et de l’Azerbaïdjan” - Spectacle du monde (lespectacledumonde.fr) (15/05/2022) ↩︎

  12. Des ONG appellent l’Azerbaïdjan à rétablir l’approvisionnement en gaz dans le Haut-Karabakh (Euronews)

    Terrorisme énergétique de l’Azerbaïdjan en Artsakh (Cercle d’Amitié France-Artsakh) ↩︎

  13. https://www.aravot-en.am/2022/05/17/304097/

    https://www.lefigaro.fr/flash-actu/armenie-plusieurs-arrestations-lors-de-nouvelles-manifestations-antigouvernementales-20220504

    Un policier étrangle un manifestant à 8’37 (19/05/2022) ↩︎

  14. Armenia Criminalizes Using Foul Language or ‘Hurting the Dignity’ of public Figures - The Armenian Mirror-Spectator (mirrorspectator.com) (26/08/2021) (« L’Arménie criminalise les insultes ou les propos atteignant la dignité des personnalités publiques »)

    ↩︎
Byurakn Ishkhanyan
Yeva Hakobyan
Soseh Hovsepian
Ani – Tsovinar Vanetsyan